Pas de pauvreté


   
                  
            
            
     
          $imageDescription

Découvrez le court-métrage : «L'autre versant», nominé pour le Prix Cinéma (2ème édition du festival "Le Temps presse").

 

 

 


 

«Les derniers instants d'une femme dans son escalade solitaire... »

Film français de Benjamin Lehrer – France 2007 – 5min42s

 

L'objectif de développement durable N° 1 : éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde.

L'ODD 1 et les cibles auxquelles le Groupe VYV compte contribuer :

  • D'ici à 2030, réduire de moitié au moins la proportion d'hommes, de femmes et d'enfants de tout âge qui vivent dans la pauvreté sous tous ses aspects, telle que définie par chaque pays et quelles qu'en soient les formes.
  • Mettre en place des systèmes et mesures de protection sociale pour tous, adaptés au contexte national, y compris des socles de protection sociale, et faire en sorte que, d'ici à 2030, une part importante des pauvres et des personnes vulnérables en bénéficient.
  • D'ici à 2030, faire en sorte que tous les hommes et les femmes, en particulier les pauvres et les personnes vulnérables, aient les mêmes droits aux ressources économiques et qu'ils aient accès aux services de base, à la propriété et au contrôle des terres et à d'autres formes de propriété, à l'héritage et aux ressources naturelles et à des nouvelles technologies et des services financiers adéquats, y compris la microfinance.
  • D'ici à 2030, renforcer la résilience des pauvres et des personnes en situation vulnérable et réduire leur exposition et leur vulnérabilité aux phénomènes climatiques extrêmes et à d'autres chocs et catastrophes d'ordre économique, social ou environnemental.
  • Mettre en place aux niveaux national, régional et international des principes de politique générale viables, qui se fondent sur des stratégies de développement favorables aux pauvres et soucieuses de la problématique hommes-femmes, d'accélérer l'investissement dans des mesures d'élimination de la pauvreté.

Si vous souhaitez consulter l'intégralité des cibles de l'ODD 1 : cliquer ici

 

Quelques références chiffrées au niveau mondial…
Enjeux et actions de la France

La politique de lutte contre la pauvreté et de prévention du risque d'exclusion vise à répondre aux défis du premier objectif de développement durable à l'horizon 2022.
La mise en œuvre du plan 2013-2017 de lutte contre la pauvreté et pour l'inclusion a permis des avancées avec notamment :

  • La revalorisation du revenu de solidarité active.
  • L'expérimentation puis la généralisation de la garantie jeunes.
  • La création de la prime d'activité.
  • L'élargissement et le renforcement de la couverture maladie universelle complémentaire et de l'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé.
  • Le renforcement du droit au compte bancaire.

Des mesures visant à garantir un accès aux droits simplifiés ont été mises en œuvre. Le simulateur en ligne multi-prestations «mes-aides.gouv.fr» permet à chacun de connaître les prestations sociales auxquelles il est susceptible d'avoir droit.

 

Enjeux internationaux
Les Nations unies ont reconnu les relations entre droits de l'Homme et lutte contre la pauvreté, ces droits fondamentaux universels et les conditions d'un développement durable étant la base d'une vie décente pour tous. Leur violation est à la fois cause et conséquence de la pauvreté.
L'exclusion et la précarité ciblées dans l'ODD1 sont par ailleurs à la source de sociétés instables et de tensions politiques et sociales.
La majorité de la population qui vit sous le seuil de pauvreté résidant en zone rurale, la sécurisation des droits d'accès à la terre et aux ressources naturelles constitue un pilier pour l'éradication de la pauvreté.

 

Chiffres clés

  • 10,7% : c'est le taux de la population mondiale qui vit aujourd'hui avec moins de 1,90 dollar par jour (Banque mondiale, 2017).
  • Parmi les inactifs, ce sont les retraités qui ont le taux de pauvreté le plus bas (7,3%, stabilisé après quatre années consécutives de baisse) et le niveau de vie médian le plus élevé. Les autres inactifs (femmes au foyer, étudiants, personnes dans l'incapacité de travailler, etc.) ont un niveau de vie médian plus faible de 28% (Observatoire des inégalités, 2017).
  • 1 enfant sur 5 : c'est le nombre d'enfant de moins de 18 ans qui vit au sein d'une famille française pauvre (Observatoire des inégalités, 2017).
  • En 2015, 32,7% des personnes vivant dans une famille monoparentale sont pauvres (contre 33,6% en 2014), soit une proportion 2,3 fois plus élevée que dans l'ensemble de la population (Observatoire des inégalités, 2017).
  • 0,9 : c'est en France, l'écart de taux de pauvreté des femmes supérieur de 0,9 point supérieur à celui des hommes : 14,6% contre 13,7% (Observatoire des inégalités, 2017).
  • Dans le monde, le taux d'extrême pauvreté a été divisé par 3,9 depuis 1981 (Banque mondiale, 2017).

Depuis dix ans, le nombre de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté en France augmente (analyse de l'Observatoire des inégalités). En considérant une définition restrictive, le taux de pauvreté est passé de 7,3% à 8% de l'ensemble de la population.

Si l'on se réfère au seuil de pauvreté à 60% du niveau de vie médian (1 026 euros par mois) – seuil le plus souvent utilisé dans le débat public –, alors, c'est avec près de 9 millions de personnes pauvres qu'il faut compter en France (voir ci-dessous). Ce chiffre a augmenté de 820 000 au cours des dix dernières années.

 

 

Pauvreté et Santé
Pour le Groupe VYV, il est aussi essentiel de regarder le lien entre pauvreté et santé.
Les liens entre santé et pauvreté sont établis et analysés de longue date. En France, les deux exemples suivants illustrent cette corrélation et les évolutions de celle-ci :

Lien pauvreté et espérance de vie

En France, les écarts d'espérance de vie selon la catégorie sociale sont analysés de longue date, et plus récemment, l'analyse a été aussi menée par niveau de diplôme (Insee première n°1584). Une autre étude de février 2018, donne aussi à voir qu'il existe en France une corrélation entre le niveau de vie et l'espérance de vie : plus une personne est aisée, plus son espérance de vie est élevée.
Cet écart est aussi marqué par une différence entre hommes et femmes :  entre les 5% les plus aisés et les 5% les plus pauvres, cet écart est de 8 ans pour les femmes (88,3 ans contre 80 ans), là où il est de 13 ans pour les hommes (84,4 ans contre 71,7 ans).
L'écart d'espérance de vie entre hommes et femmes est deux fois plus important chez les plus modestes (8,2 ans) que chez les plus aisés (3,9 ans).

De plus en plus de bénéficiaires de la CMU-C

Mise en place au 1er janvier 2000, la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), qui vise à permettre l'accès aux soins au plus pauvre, est gratuite et accessible sous conditions de ressources. L'effectif des bénéficiaires de la CMU-C, stable entre 2000 et 2009, a fortement augmenté ensuite, passant de 4,15 millions en 2009 à 5,3 millions en 2015 et 5,6 millions au 31 juillet 2018, en raison d'une conjoncture économique défavorable et de la revalorisation en 2013 des seuils de ressources ouvrant droit au dispositif.

Les enjeux santé induits par la pauvreté sont donc à ce jour très important. La lutte l'exclusion et la précarité ciblées par l'ODD 1 sont au cœur de l'engagement du Groupe VYV, acteur engagé pour un monde plus équitable et solidaire, ayant pour ambition est de créer les meilleures conditions d'un développement respectueux de tous.

Concrètement, cela passe entre autres par :

  • Promouvoir et être acteur de l'accès à la santé pour tous.
  • Promouvoir les nouveaux repères d'usage : contribuer par exemple au bon tri des médicaments pour limiter la pollution des bassins par des molécules chimiques => Partenariat Groupe VYV et Cyclamed.
  • Contribuer à une urbanisation durable et résiliente, soucieuse de la préservation des ressources en eau et de leur qualité (Activités  du Groupe Arcade VYV et établissements VYV Care).